R2A : Rouge alternative et alternance

R2A : Rouge alternative et alternance

R2A : La différence associée à la performance

Alternative de couleur, pour le croisement laitier ou l’orientation génétique (rapport fertilité-taux-lait), la Rouge EVOLUTION marque sa différence ! 
Grâce à la « Rouge Alternative & Alternante », EVOLUTION accompagne les éleveurs et offre une vraie alternative en termes de sélection. Avec des qualités laitières affirmées, la   « Rouge Alternative & Alternante » est un partenaire solide dans une stratégie de croisement alternatif et permet à la fois de produire plus ou de produire mieux avec moins.

   

 

 

TEMOIGNAGES : DÉCOUVREZ DES ÉLEVEURS BIEN DANS LEURS ORIENTATIONS GÉNÉTIQUES !

 
« FAVORISER LES TAUX ! »

 

Seul sur son élevage, Jean-Luc PLOUHINEC conduit son troupeau Pie Rouge sur l’exploitation familiale depuis 2007. Pas question pour ce fervent défenseur de la vraie Pie Rouge des Plaines de changer de race ou d’oublier ce qui fait la force de cette race à part entière. « La Pie Rouge et la Holstein ? C’est un peu comme ceux qui sont passés à la télé couleur et les autres ! » plaisante JL PLOUHINEC. « Blague mise à part, je suis vraiment satisfait de mon choix. Mes vaches sont calmes, faciles à vivre et elles ont des taux qui me permettent de bien valoriser ma production laitière de 400 000 litres de lait pour 59 vaches. Ma production n’est pas très élevée car mon troupeau est jeune. En effet, je vends pas mal de vaches en lait à la seconde lactation. Je préfère cela à la mise en réforme car je valorise mieux mes animaux. »

« Plus que par la quantité, je créé ma plus-value grâce aux Taux (46 de TB et 34 de TP). Les bons Taux sont une des qualités de la Pie Rouge alors je sélectionne un maximum là-dessus. En plus des Taux, je suis vigilant sur les Membres (car mes vaches marchent beaucoup pour la pâture), les Cellules, la Santé mamelle et la Fertilité. La Fertilité et les Taux sont des qualités historiques de la race, mais ils ont été un peu délaissés pendant un certain temps dans les gammes de taureaux, je veille donc à  consolider ces postes. »

EARL Plouhinec
70 hectares (15 ha maïs ensilage, 12 céréales et pâtures)
59 vaches
400 000 litres de lait
Robot de traite
Vaches uniquement à l’herbe d’avril à juillet

 
« FAIRE DU LAIT ET OPTIMISER LA REPRODUCTION »

 

« Il y a quelques années, nous nous sommes rendus à l’évidence : où nous arrêtions le lait, où nous changions notre système de fonctionnement » explique Catherine PIEL. « Nous avons donc construit un tout nouveau bâtiment avec trois robots de traite, il y 2 ans et demi. » En GAEC à quatre, l’élevage de l’Epinay fonctionne en hors sol et prévoit une augmentation des effectifs du troupeau. « Nous avons fait le nouveau bâtiment avec un objectif de 200 vaches, soit 180 vaches à la traite, pour une production annuelle de 2.2 millions de litres de lait. Nous recherchons la meilleure production possible par vache. Aujourd’hui, nous sommes à 34-35 kg par vache avec des Taux qui nous conviennent (41.0 de TB et 34.5 de TP). »

« Comme nous souhaitons faire du lait et dépasser les 11 000kg par vache, nous sommes vigilants sur les taureaux laitiers. Mais nous donnons également beaucoup d’importance à la Mamelle, pour ne plus réformer à cause des pis qui décrochent et ne sont pas compatibles avec les robots, et aux Aplombs, car elles vivent en tout bâtiment. Je veux que les animaux restent le plus longtemps possible sur la ferme. En dessous de deux lactations, ce n’est pas rentable. Il faut donc des vaches solides mais aussi qui se reproduisent bien, nous sélectionnons donc beaucoup sur la Naissance et surtout la Fertilité. Ce poste est l’un de nos grands objectifs d’amélioration, d’autant que nous faisons de la semence sexée pour augmenter le cheptel. » 
 
GAEC de l’Epinay
4 associés
350 ha hors sol (légumes plein champ + maïs ensilage)
160 vaches
10 800 – 1.33 millions
3 robots de traite