Orientation Normande

Orientation Normande

TEMOIGNAGES : DÉCOUVREZ DES ÉLEVEURS BIEN DANS LEURS ORIENTATIONS GÉNÉTIQUES !

   
UN NOUVEAU SEGMENT «PATURE+» DISPONIBLE EN NORMANDE
 
Depuis le 1er juillet 2019, le segments VITAL est remplacé par un nouveau segment : PATURE + !
« Ce changement est dû à l’évolution des attentes des éleveurs » détaillent Jean-Christophe BOITTIN et David GIROD, Responsables produit races laitières. « Les segments doivent faciliter le choix des mâles pour nos Adhérents, en regroupant les taureaux en fonction de leurs objectifs prioritaires. Les objectifs des éleveurs sensibles aux segments VITAL et CONFORT se sont précisés, se sont affirmés, pour prioriser d’autres index que ceux initialement identifiés. Nous leur proposons donc de nouvelles réponses sous les noms de PATURE+ Holstein et PATURE+ Normande ! »
 
Mais alors, qui sont les éleveurs Pâture + et que veulent-ils ?
 
Vos objectifs
« Une vache bien proportionnée avec d’excellents aplombs. Elle valorise au maximum le pâturage, respire la santé et le bien-être. Elle est féconde et revêle rapidement. »
 
Vos index 
- Prioritaires : Aplombs, Fertilité, Santé de la mamelle, Taille modérée, Facilité de naissance.
- Importants : Equilibre Lait, TP, TB, Mamelle.
 

« LES TAUX SONT ESSENTIELS POUR AMELIORER LA PLUS-VALUE DE NOTRE PRODUCTION ET POUR OPTIMISER LA TRANSFORMATION »

 

« Nous transformons un tiers de la production de nos 85 vaches » explique Christian FUZEAU, l’un des quatre associés du GAEC de Blanchecoudre à Breuil-Chaussée (79). « Nous sommes en Bio et nous faisons plusieurs sortes de fromages, du fromage blanc, des yaourts, du beurre et de la crème dans notre propre laboratoire. Il est donc essentiel pour nous que le lait se transforme bien, c’est pourquoi nous privilégions très fortement les Taux qui nous permettent une grande fromageabilité, lorsque nous faisons les accouplements avec notre technicien. » 
« Dans notre système, nous privilégions la prairie, qui nous permet d’avoir peu de dépenses liées à l’alimentation. Il nous faut donc également sélectionner sur les Aplombs et la Mamelle, pour que les animaux vieillissent bien tout en marchant beaucoup. Enfin, nous privilégions aussi les taureaux qui vont nous permettre d’avoir des animaux avec un Format et une Musculature bien valorisés à la réforme, car la plus-value bouchère est loin d’être négligeable. Grâce à ces choix, nous avons un EBE à 330 euros pour 1 000 litres de lait et nous vendons les carcasses entre 1250 et 1 600 euros, ce qui prouve que nos choix fonctionnent bien ! »

 

GAEC de Blanchecoudre

4 associés, 2 salariés et un apprenti
155 hectares
85 vaches
450 000 litres de lait dont 140 000 transformés sur place (crème, fromage blanc, fromages…)

 

« ON PRODUIT BEAUCOUP ET BIEN AVEC LA NORMANDE ! »

 

« Le troupeau n’existait pour ainsi dire pas il y a deux ans » explique Yvonnick DANDOT, chargé de la génétique sur le troupeau. « Nous sommes passés de 100 000 litres de lait à 1.2 million avec 120 vaches. L’objectif est de passer progressivement d’un troupeau à moitié Holstein en 100% Normand, sans perdre trop en production laitière. Pour cela, nous nous appuyons sur EVOLUTION et les innovations technologiques en reproduction. Nous génotypons les génisses Normandes et faisons de la semence sexée et de la collecte d’embryons sur les meilleures femelles. Les embryons sont posés sur les Holstein. »
« Je me reconnais dans le segment OPTI, car il rassemble les priorités qui sont les miennes : Lait et Aplombs associés aux qualités de la race en Taux et Fonctionnels. Je pense que la Normande à sa place dans un système hors-sol très productif comme le nôtre. Même si la race est plus souvent associée aux systèmes extensifs, parce qu’elle y a fait ses preuves depuis longtemps. Elle est équilibrée dans ce système, tout d’abord parce que la qualité de son lait suffit à compenser la moindre quantité. Mais aussi parce que l’on est gagnant au niveau des réformes, ce qui n’est pas négligeable avec la volatilité des cours du lait aujourd’hui sur un grand troupeau. »

 


 

SCL Keyriolait

4 associés et 2 salariés
120 vaches
1.2 million de litres de lait
2 robots
Hors sol